Et si Philippe Auberger revenait ?

Publié le par Martin Gale



A quelques heures de la décision du Conseil d’Etat qui doit se prononcer sur l’annulation ou non des élections municipales de mars 2008 à Joigny, pourquoi ne pas faire un peu de politique fiction avec le retour de Philippe Auberger ?

Premier élément, celui-ci n’a pas démissionné de sa fonction de conseiller municipal, et bien qu’il ne siège plus dans aucune commission municipale, n’a donc pas tiré un trait sur plus de 30 années de vie politique dans la cité maillotine. Il y a quelques temps, l’Yonne Républicaine révélait que Philippe Auberger embrassait la carrière d’avocat dans un grand cabinet parisien, à l’heure où d’autres cultivent leur jardin. C’est peut être là un indice : sa volonté de rester actif au service des autres. Il en est peut être de même avec son sacerdoce politique. Sa dernière déclaration était sans ambigüité : il attend la décision du Conseil d’Etat pour se prononcer clairement sur son éventuelle candidature aux élections municipales si d’aventure les Joviniens devaient retourner aux urnes.


Joigny est une ville traditionnellement de droite, cette droite qui ne cesse de se déchirer depuis plusieurs mois. Le retour de Philippe Auberger pourrait mettre tout le monde d’accord, les anciens alliés d’hier et ceux qui l’enterrent un peu vite aujourd’hui. Après tout, une majorité de Joviniens lui a toujours accordé sa confiance depuis qu’il s’est installé dans cette cité. Ils pourraient bien recommencer si celui-ci se présenter à leur suffrage à nouveau. Quelle serait alors la position de l’UMP de l’Yonne ? A qui apportera-t-elle son soutien officiel ? A Philippe Auberger qui a déjà fait ses preuves ? A Isabelle Bourassin qui ne fait pas l’unanimité à droite ? A Julien Ortega qui a une épée de Damoclès au-dessus de la tête avec son éventuelle inéligibilité ?


Jusqu’en 2008, que se soit aux élections municipales, aux élections cantonales ou aux élections législatives, ce professionnel des chiffres qu’est Philippe Auberger, a toujours gagné. Beaucoup aimerait avoir la carrière politique qu’il a eue.


Les nostalgiques des années Auberger à Joigny souhaitent son retour. Et si la cité maillotine a vu augmenter son nombre d’habitants, n’est ce pas parce que la politique qui y était menée incitait les gens à venir s’y installer ?


Alors, politique-fiction ou véritable come back d’un maire qui a marqué sa ville ? Encore un peu de patience et les électeurs Joviniens le sauront : il a promis de dire ce qu’il ferait une fois la décision du Conseil d’Etat rendue.

 

                                                                 Alain Quaunu

Publié dans Joigny et sa politique

Commenter cet article

0832 05/07/2009 22:37

Cher n'importe qui, je n'ai pas dit qu'il était bien d'avoir conspué P. Auberger, j'ai dit qu'il avait été conspué "comme il n'est pas permis". Moi non plus je n'aime pas ces mouvements de foule en folie, cela me terrorise... Les gens de mon entourage qui rejettent aujourd'hui P.Auberger manifestent leur rejet dans les urnes avec un bulletin de vote. Cordialement

qu'importe 02/07/2009 14:28

cher 4812 (ou quelque chose comme ça ...) votre commentaire sur le soir des elections ne sont pas justes !  il y a bien eu conspuation contre ph Auberger ce soir là, c'est vrai. De qui venait toutes ces "vilaineries" peu glorieuses ??? de Julien O et de son équipe ! Ca vous revient maintenant ??? Même les gens dits de gauche avaient trouvé cela inadmissible.

0832 01/07/2009 15:17

PS Comment va Anne Aunimat?

0832 01/07/2009 15:06

Politique fiction sans aucun doute ou alors P.Auberger aime les coups : étiez-vous présent au soir du 2ème tour à la mairie de Joigny quand ce même P.Auberger a donné les résultats? N'avez-vous pas entendu les joviniens le conspuer comme il n'est pas permis? J'ai, dans mon entourage des gens qui étaient plutôt du genre "pro-Auberger" et même ceux-là le rejettent!!! Et puis croyez-vous que la meunière qui, tout comme Perette avant qu'elle ne casse le pot de lait, se croit déjà arrivée, le laissera prendre la place qu'elle estime la sienne? Ou alors, et pourquoi pas, ce serait drôle, il ferait, lui aussi, sa propre liste... 3, 4 ou XX listes à droite... alors là, franchement, j'aimerais... Hélas, ça, c'est de la politique fiction!