Joigny qui rit, Joigny qui pleure

Publié le par Martin Gale



Plus qu’une poignée d’heures et Joigny connaîtra le sort que lui aura réservé le Conseil d’Etat : soit les élections municipales de mars 2008 seront annulées, soit elles seront définitivement validées, et ce long épisode judiciaire sera derrière nous. N’oublions pas que le sort politique de Julien Ortega et de Frank Thomas se jouera là également. Pour l’un, comme pour l’autre, ce serait la fin de leur carrière politique municipale si le Conseil d’Etat validait leur inéligibilité. N’en doutons pas, tous les regards sont tournés vers Paris dans l’attente de la décision finale.

Qui va rire, qui va pleurer ? Une droite divisée avec des personnes qui ne peuvent pas se réconcilier ou une gauche qui peine à redynamiser une ville mourante ? Joviniennes, Joviniens, encore un peu de patience et nous saurons si nous devons retourner aux urnes.


                                                                          Annie Peurien

Publié dans Joigny et sa politique

Commenter cet article