Joigny, une ville de droite à gauche

Publié le par Alain Quaunu


Ville de Joigny

La campagne officielle pour les élections municipales à Joigny va démarrer dans quelques semaines. Si nul ne peut prédire le résultat de ce scrutin, il est pour le moins intéressant de se replonger dans l’histoire des élections municipales récentes à Joigny. Certains diront que le passé étant révolu, cela ne sert à rien. Pourtant, on ne peut faire table rase du passé pour comprendre le présent. Alors, ensemble, remettons le temps…


Intéressons-nous aux deux dernières élections municipales, celles de mars 2001 et mars 2008 et plantons le décor.


En mars 2001, trois listes étaient en compétition : celle de Philippe Auberger, celle de Bernard Moraine (pour la première fois tête de liste) et celle de Frank Thomas. Dès le premier tour, la liste Auberger remporta l’élection avec un peu plus de 52% des voix. Vous trouverez ci-dessous un tableau récapitulatif des résultats. Il est à noter qu'à l'époque, il y avait 6118 inscrits sur les listes électorales à Joigny.


Listes Voix Pourcentage
Auberger 1721 52,26
Moraine 972 29,52
Thomas 600 18,22

En mars 2008, on prend les mêmes et on recommence, sans oublier d'ajouter deux nouvelles. En course donc la liste Auberger, la liste Moraine, la liste Thomas, la liste Ortega et la liste Colonna, avec cette fois-ci 6418 inscrits.
Au soir du premier tour, voici les résultats:

Listes Voix Pourcentage
Auberger 1003 28,14
Moraine 927 26,01
Thomas 361 10,13
Ortega 1145 32,13
Colonna 128 3,59


Au soir du deuxième tour, la liste Moraine remporte les élections. Voici les résultats:


Listes Voix Pourcentage
Auberger 1138 30,62
Moraine 1170 31,49
Thomas 240 6,46
Ortega 1168
31,43

Plusieurs enseignements peuvent être tirés d'après tous ces résultats:

1. Joigny est bien une ville de droite.

En 2001, la liste de droite fait à elle seule 1721 voix. En 2008, on aurait pu penser que les deux listes de droite allaient simplement se partager les voix 2001. Au contraire, divisées, elles ratissent beaucoup plus large puisqu'à elles deux, elles totalisent 2306 voix, soit 585 voix de plus qu'en 2001.

2. La gauche gagne en 2008... grâce à la droite.

La gauche a remporté les élections de manière parfaitement démocratique en 2008, il n'y a rien à redire là-dessus. Mais si elle a gagné, c'est en partie grâce à la liste Auberger. Pourquoi ? Simplement parce que celle-ci ne s'est pas retirée au soir du premier tour, ne reconnaissant pas sa défaite face à la liste Ortega. Ce premier tour était semblable à une primaire que l'on aurait organisée à droite. Avec 142 voix d'avance, la liste Ortega devait logiquement être la seule liste de droite au deuxième tour. En se maintenant, la liste Auberger favorisait ainsi la liste Moraine. La gauche gagnait ainsi les élections avec 31,49 %, après avoir mené une campagne digne, sans attaque personnelle. La grande perdante de ce scrutin: la liste de Julien Ortega.

3. Le centre apolitique fait flop à Joigny.

Si l'on compare les élections de 2001 et de 2008, on voit que les résultats des listes apolitiques tendance centriste se sont effritées au fil du temps. C'est en 1995 qu'une telle liste, menée par Bernard Fleury, avait connu ses heures de gloire en réalisant un score de 33%. Depuis, les résultats n'ont fait que chuter: 600 voix en 2001, 361 en 2008 au premier tour, 240 au second tour. Ainsi, lors des deux tours de 2008, les électeurs qui votent plutôt pour ce genre de liste se sont reportés sur la liste Moraine et sur la liste Ortega. En 2009, point de liste apolitique tendance centriste. Il est donc probable que les électeurs modérés qui votent habituellement pour ce type de liste se reporteront sur les listes Moraine et Portal car ceux-ci ne sont encartés dans aucun parti. Seule inconnue: dans quelle proportion ?

4. Une campagne digne et respectueuse sera un atout de taille.

La qualité de la campagne électorale qui va bientôt s'ouvrir sera importante à plus d'un titre. Les Joviniens n'ont pas oublié celle qui a eu lieu entre les deux tours des municipales de 2008, chose que l'on n'avait jamais vu à Joigny, et sur laquelle il n'est point nécessaire de revenir. Les idées contenues dans les programmes sont primordiales, mais pour marquer des points auprès des électeurs, la manière de faire campagne ne sera pas à négliger...

L'Histoire se répétera-t-elle à Joigny ? Nul ne le sait, mais à la lumière des élections passées, il est clair que le destin d'une ville n'est pas seulement dans les mains des électeurs, il l'est aussi dans celles des têtes de listes...

                                                              Alain Quaunu

Publié dans Joigny et sa politique

Commenter cet article

Tam tam 24/08/2009 11:25

Le rappel fait ci-dessus est objectif, donc digne de confiance et utile pour que les électeurs aient bien en mémoire ce qui s'est passé en 2008 avant de faire leur choix en 2009.Un seul regret : votre article sera peu lu, puisque les blogueurs joviniens ne sont pas nombreux.Donc une seule question : publierez-vous cette analyse dans le journal local avant le 1er tour, afin que votre article ait l'audience qu'il mérite ?

Cécile T. 21/08/2009 04:24

Et si, à partir d 'aujourd'hui, nous entrions vraiment dans les choses sérieuses, non pas les coup-bas, les mensonges, les tentatives d'intimidation, Joigny ne mérite pas mieux que cela ?On a dissimulé la vie réelle de la municipalité de Joigny pendant 30 ans au minimum à une majorité de citoyens, laissant par là même les clefs de la ville à une toute petite minorité d'élus.Mais qui peut croire un seul instant que la ville retournerait en arrière aprè les rectifications qui s'opèrent devant les yeux des habitants depuis mars 2008 ??? 

Cécile T. 19/08/2009 06:11

Un question : que peuvent penser les Joviniens : deux cas de figure : on laisse les clefs à la main d'un homme qui aura quel âge en 2014 ? Dans ce cas, on a repris les mêmes qui ont tant décrié AUBERGER dans la passé mais qui se sont tus (quelle confiance peut-on avoir à ce jour ?)Ou les Joviniens partent à l'aventure avec une femme non représentative de la bonne gestion d'une ville en plein projets. Peut-on avoir confiance en elle ?Vous ne pensez pas que les Joviniens apprécient des élus qui rien qu'une chose au préalable, s'il y en a une à ce jour :Des élus qui vous croisent dans la rue ,à chaque occasion vous serrent la main, ne font pas vraiment "de clientèlisme" et ne regardent pas seulement le bout de leurs chaussures ? Souvenez vous d'AUBERGER et les autres ne sont pas bien différents sauf les jours de marché ou de vide-greniers ...