Gilbert Portal a-t-il parlé trop vite ?

Publié le par Martin Gale

 

Gilbert Portal


« Si au premier tour nous sommes derrière la liste de Madame Bourassin, nous nous retirerons tous purement et simplement de la course. » Gilbert Portal est très clair : au soir du premier tour, la liste qu’il a l’honneur de mener laissera sa place si elle arrive derrière celle d’Isabelle Bourassin. On ne peut que saluer ce bel esprit sportif. Pourtant, une telle phrase est parfaitement incompréhensible du point de vue politique.


Pourquoi ? Tout d’abord, parce que jusqu’à preuve du contraire, il n’y a aucune réciprocité avec la liste de Bourassin. Celle-ci ne parle de rien sur son blog, qui, au passage, frise le vide sidéral en cette période estivale…


Poursuivons avec un flash back et replaçons-nous 17 mois en arrière : la liste de gauche, conduite par Bernard Moraine, l’emporte de deux petites voix sur la liste de Julien Ortega. Deux petites voix, autant dire rien du tout, mais c’est ce petit rien qui a permis à la liste de gauche de remporter démocratiquement les élections municipales de mars 2008. Alors, tout le problème est là : si Gilbert Portal et sa liste arrivent derrière Isabelle Bourassin avec deux petites voix d’écart, cela signifie qu’ils devront se retirer au vue de ce qu’il vient d’écrire sur son blog. Et si Gilbert Portal ne le fait pas, pensant légitimement que deux voix d’écart, cela ne veut rien dire au soir du premier tour, alors l’autre liste de droite pourra hurler qu’il ne tient pas parole, que c’est une honte, et la phrase écrite par Portal sur son blog leur donnera logiquement raison. Portal écrivait il y a peut de temps que le passé ne l’intéressait pas. Pourtant, il faut toujours savoir tirer les leçons de l’Histoire pour bien appréhender le présent.


Alors Gilbert Portal vient-il de se piéger lui-même, entrainant dans son sillage sa liste ? Ou bien est-il à ce point persuadé d’être devant la liste de l’Union de Joigny au soir du premier tour qu’il a osé cette déclaration politique ? Fine stratégie politique ou erreur de débutant ? Le 20 septembre au soir, les Joviniens le sauront. Une chose au moins est certaine, et c’est à mettre à l’actif de Gilbert Portal : il n’y aura pas de fusion de liste entre les deux tours. Au moment où des "politiques" à Joigny jouent les contorsionnistes et deviennent adeptes du grand écart, c’est tout à son honneur.


                                                     Sophie Nancier

Publié dans Joigny et sa politique

Commenter cet article

Cécile T. 10/08/2009 05:50

Et si la Droite, au vu de toutes ses péripéties, et de toutes les embrouilles qui se profilent , la Droite de Mr PORTAL laissait de l'espace à la municipalité actuelle au second Tour ?Il n'en n'ont pas souffert de voir Des BOURASSIN, MATHIOT, THOMAS gesticuler pour retarder le cheminement des décisions, et en final ne rien apporter ?Cett commune, muselée par un seul homme pendant 30 ans n'aurait pas besoin d'un peu plus d'air ?Voilà dix-huit mois qu'elle tente de laisser s'exprimer les Joviniens, on ne peut pas continuer jusqu'à la fin de la mandature ? 

Tam tam 09/08/2009 21:46

Merci de votre longue réponse. Que c'est agréable de discuter avec un interlocuteur de bonne foi, quelles que soient ses idées !Comme vous le savez déjà, je partage tout à fait votre analyse sur les élections 2008 : la liste Auberger/Bourassin devait se retirer : il n'y aurait pas eu de recours, pas d'annulation, pas de nouvelles élections, et la majorité des Joviniens aurait été satisfaite d'être respectée !Quant à la liste Thomas, vous dites qu'elle n'avait aucun intérêt à se maintenir. Auriez-vous oublié les déclarations de M. Thomas, le 3 septembre 2008, dans l'article publié sur son blog sous le titre "le 9 mars - 2ème partie" ? Je le cite, voici comment il explique sa décision d'aller au 2ème tour :"Cette décision va avoir une grande importance dans la suite de cette élection. Sans notre maintien, la liste de M. Ortega, arrivée première, avait de grandes chances de l'emporter. J'assume pleinement cette responsabilité et j'ajoute qu'au vu de ce qui s'est passé entre les deux tours, je la revendique comme ayant amené à un moindre mal".C'était l'époque où M. Thomas disait avoir "toujours prôné le rapprochement du centre et de la gauche".Que voulez-vous, on peut évoluer dans la vie ! Depuis lors, une sirène l'a orienté vers l'UMP. Mieux vaut se renier plutôt que de ne pas exister !!!

Tam tam 06/08/2009 23:38

Habitant de Joigny, je m'intéresse à la politique de la ville et je lis depuis quelques mois tous les blogs abordant ce sujet, dont le vôtre. Je constate à nouveau, en lisant votre article ci-dessus, à quel point les analyses peuvent différer, selon la sensibilité de chacun.
A la suite de la déclaration de M. Portal, disant que sa liste se retirerait après le 1er tour de scrutin, si elle faisait un moins bon score que la liste de Mme Bourassin, vous vous posez les seules questions suivantes :
-        Gilbert Portal vient-il de se piéger lui-même ?
-        ou, est-il persuadé d'être devant l'Union de Joigny ?
ou encore, est-ce de sa part
-        une fine stratégie ?
-        ou une erreur de débutant ?
Vous écrivez généralement de bonnes analyses et je suis surpris que vous limitiez vos interrogations à ces seules questions. Me permettez-vous d'en ajouter une aux vôtres ?
En préalable, je dirai que toute liste présentant des candidats pense bien entendu arriver en bonne position. Que M. Portal espère pouvoir faire un meilleur score que l'autre liste de droite ne fait pour moi aucun doute.
Quant à l'éventuel retrait de sa liste si son espoir était déçu, ma question est la suivante. Pourquoi ne pas y voir :
-        un esprit franchement démocratique
-        et le respect scrupuleux du choix des électeurs.
M. Portal n'est pas un débutant. Je pense que sa décision, tout-à-fait compréhensible par ceux qui le connaissent, est au contraire mûrement réfléchie car il est dans la lignée exacte de ce qu'a fait M. Ortega en 2008 : battu de 2 voix non par M. Moraine (même si celui-ci en a bénéficié), mais par l'entêtement de M. Auberger à se maintenir au 2ème tour, il a accepté démocratiquement le résultat des urnes et n'a pas engagé de recours en annulation des élections.
Il est vrai que l'attitude de Portal, comme celle de M. Ortega l'an passé, a de quoi surprendre : en politique, l'honnêteté ne court pas les rues.
 

Sophie Nancier 07/08/2009 15:19



Cher Tam Tam,
Merci pour votre commentaire. Bien entendu, Gilbert Portal n'est pas un débutant, au contraire, c'est une personne pleine d'expériences. Simplement, parler de ce que l'on fera entre les deux
tours d'une élection, alors que la campagne n'est pas officiellement lancée me paraît être une erreur.
Si Gilbert Portal et sa liste se retirent parce que les électeurs les ont placés en toisème position, c'est un geste noble sur le plan de la morale politique. Mais ceux qui se jettent dans
l'arène électorale savent que le combat sera rude et qu'il ne faut rien lacher. Alors si une liste arrive troisième avec deux voix d'écart, oui, je pense que c'est une erreur de ne pas se
maintenir, car deux voix, si respectables soient elles, elles ne représentent rien au soir d'un premier tour. Si l'écart est de plus de cinquante voix, c'est une autre histoire, et dans ce cas
là, se maintenir pour se maintenir n'a aucun sens. Si nous prenons les élections de 2008, la liste de droite Auberger - Bourassin devait se retirer au profit de celle d'Ortega, quant à la liste
menée par Thomas, elle n'avait aucun intérêt à se maintenir.
Enfin, je ne doute pas un seul instant que la décision de Gilbert Portal ne soit pas réfléchie, je pense simplement que ce n'était pas le moment de faire une telle déclaration. Au soir du premier
tour, cela aurait été suffisant.
Cdt,
Sophie Nancier