Pas de soutien, pas de réaction, na !

Publié le par Martin Gale




Une chose ne vous a pas surpris ? Non ? Mais si, après l'interview qu'a donnée Philippe Auberger à l'Yonne Républicaine dans laquelle il annonçait qu'il se retirait de la vie politique jovinienne après avoir consacré 31 ans à la cité maillotine, il n'y a pas eu une seule réaction des deux droites.

Bon, c'est vrai qu'il n'y a rien d'étonnant à ce que l'équipe Ortega, Portal and Co n'ait pas fait part de  sa réaction. Il faut se souvenir de cette séance mémorable du conseil municipal lors de laquelle Auberger et ses amis ont voté le retrait des délégations de cinq adjoints. Quel crime avaient-ils commis pour être ainsi remerciés ? Ils s'étaient simplement abstenus de voter la suppression des tribunes libres de l'opposition qu'Auberger avait proposée. Au passage, il est amusant de voir que Monsieur Thomas, qui a tant dit et tant écrit sur cette liberté d'expression dans le journal municipal, apporte son soutient à Mesdames Bourassin, David-Sauzéa, à Messieurs Duquesne, Foulon, toutes et tous membres de l'Union de Joigny,  qui n'avaient pas hésité à voter la suppression des tribunes libres...

Ce qui est beaucoup plus curieux, c'est le silence assourdissant d'Isabelle Bourassin et des membres de l'Union de Joigny qui faisaient partie de la majorité municipale sous Philippe Auberger. Ils n'ont pas dû apprécier que Philippe Auberger ne les soutienne pas.
Pourtant, ces personnes étaient sur la même liste que lui, n'ont jamais eu avec lui un mot plus haut que l'autre (oups, j'oubliais Isabelle Bourassin et son inimitable pas de deux, un en avant et elle s'en va, deux pas en arrière et elle rentre dans le giron de la majorité municipale). Même pas une petite phrase pour souligner le travail mémorable que cet homme a réalisé à Joigny : la redynamisation de la rue Piétonne, la formidable expansion économique route d'Auxerre, la réalisation en temps et en heure d'une nouvelle station d'épuration,... Hier encore ils siégeaient les uns aux côtés des autres. Que faut-il donc comprendre ? Qu'à l'époque, déjà, on nous jouait les grands airs de l'union, alors que celle-ci n'était qu'une union de façade ? Alors que penser de l'Union actuelle ?

                                       Elie Stérik (nouveau venu)
 
 

Publié dans Joigny et sa politique

Commenter cet article

Cécile T. 24/07/2009 11:55

Je suis évidemment complètement d'accord avec les propos tenus précédamment. Comment BOURASSIN fait-elle pour entrer dans les magasins joviniens, pousser les portes pour racoler les commerçants ? Cette dame racole même les "banques", vous vous rendez compte ?J'espère que les joviniens de droite ne veulent pas la même chose que l'année dernière ?"La pseudo-Baronnie de Province, l'Homme, Le Prof, Le Citoyen derrière le rideau car non éligible, une Tête de Liste presque centenaire, responsable des Finances de la ville pendant 30 ans, mais j'ai peur moi, s'ils revenaient, que deviendraient les joviniens, sans boulot, sans grosse retraite ? Est-ce qu'on les saluerait comme on le fait actuellement ? Les joviniens seront-ils encore fréquentables, si MAMM BOU et sa volumineuse équipe repassaient  ?