A Joigny, c’est règlement de compte à OK Corral.

Publié le par Martin Gale


Joigny
Au début, c'était relativement soft. Mais depuis quelques semaines, il faut bien dire que c'est plutôt règlement de compte à Joigny sur certains blogs politiques, mais aussi dans la rubrique « Tribune libre » de l'Yonne Républicaine. Et à ce petit jeu là, nous avons deux e aequo : le blog d'Isabelle Bourassin et celui de Nicolas Soret.

Si on y regarde de plus près, les articles de l'ancien président de la CCJ font souvent suite à des paroles ou des écrits de l'ancienne adjointe éphémère de Philippe Auberger. Comme une pièce a un côté pile et un côté face, il y a toujours celui qui attaque et celui qui répond. Mais souvent, le débat de fond laisse la place aux « C'est moi qui l'ait fait », « Non, c'est moi car on ne vous a pas attendus », « C'est faux, et vous le savez », « Arrêtez, vous dites n'importe quoi ». En bref beaucoup de bruit pour pas grand-chose. Ce qui compte pour les Joviniens, ce sont les choses réalisées qui améliorent le quotidien. Ils n'ont que faire de savoir si elles ont vu le jour sous la droite ou sous la gauche.

Pendant que tout ce petit monde s'agite, il est une liste qui ne fait pas parler d'elle, qui fait son bonhomme de chemin sans tintamarre, c'est celle de Julien Ortega, « Dialogue et dynamisme pour Joigny ». Elle reste fidèle à ce qui a fait son succès lors des dernières élections : l'action dans la discrétion. Car, que l'on soit de droite ou de gauche, il faut être sincère : on leur a volé la victoire. Non pas la gauche, qui a gagné de manière parfaitement démocratique. Mais l'autre équipe de droite à laquelle appartenaient Isabelle Bourassin, Pascale David-Sauzéa et bien d'autres. Et oui, si la Ville est passée à gauche, c'est purement et simplement parce que cette liste ne s'est pas retirée entre les deux tours alors qu'elle était arrivée après la liste Ortega. Et ce sont ces personnes qui réclament l'union et qui se permettent de faire la morale...

L'union de la droite à Joigny ne pourra jamais se faire car il n'y a pas une droite, mais bien deux droites qui n'ont pas grand-chose en commun.

                                                        Annie Peurien

Publié dans Joigny et sa politique

Commenter cet article

Le jovinien masqué 26/07/2009 11:52

Sinon depuis que Gilbert Portal est devenu divers droite le dialogue est revenu. Ne reste plus que le dynamisme et les projets à venir.

0832 24/07/2009 14:46

Mon cher Martin,Vous répondez à Cécile quand elle s'énerve :" tout vient à point à qui sait attendre"! Vous rendez-vous compte que "vous volez" cette formule à mesdames Bourassin et/ou David-Sauzéa? En plus vous ne mettez pas les guillemets! Comment pouvez-vous être aussi téméraire? C'est super dangereux cela! Vous cherchez les ennuis, ou quoi?????

Martin Gale 24/07/2009 19:56


Cher 0832,
En voulant apporter un complément de réponse à Cécile T, j'ai effacé le "Tout vient à point à qui sait attendre". Vous savez ce que l'on dit, la peur n'évite pas le danger...
Bien à vous.


0832 24/07/2009 14:34

Cécile s'énerve et s'impatiente!!! Mais je comprends qu'elle s'énerve parce que moi je commence à m'énerver aussi! Il faut quand même une super dose de contrôle de soi-même pour rester de marbre quand, aux exagérations, aux attaques aussi méchantes que stupides de l'Isabelle, aux pleurnicheries de P.David-Sauzéa s'ajoutent les MENSONGES et les TURPITUDES d'un F.Thomas qui sans sourcillier ose faire précéder ses horreurs d'une évocation à Tartuffe! finalement ce faux ami qu'est F.Thomas pour l'Isabelle, n'a t-il pas simplement décidé, par vengeance, à cause de son inelligibilité, de la lui faire prendre, la pâtée, à l'Isabelle!!! Quoiqu'il en soit, quand je vois Cécile aussi agacée que moi, je me dis qu'ils ont quand même, un "sacré cran" pour réussir à ne pas s'énerver davantage, les Bernard Moraine, Nicolas Soret, Claude Josselin et les autres! On en pense ce qu'on veut, mais moi je dis "chapeau bas, mesdames et messieurs!!!"

Cécile T. 24/07/2009 11:16

Pourquoi ne publiez vous pas mon commentaire de ce jour ? A propos de BOURASSIN et de Nicolas SORET ?

Cécile T. 24/07/2009 09:23

Je ne suis absolument pas, mais absolument d'accord avec vos propos. Je  m'explique : je trouve assez infamant que vous compariez BOURASSIN , avec NICOLAS SORET , que vous disiez qu'ils sont à égalité de tribune.Quel est le contenu des propos de BOURASIN : des méchancetés, pas de travail réalisé depuis qu'elle est élue, de la médisance, de la vacherie vis-à-vis de la gauche, simplement parce que c'est "La Gauche" et c'est cela qui l'ennuie . LA GAUCHE, bon sang, vous la voyez bien ! la différence, que BOURASSIN n'ait pas fait SCIENCES PO, on le voit tout de suite, mais que vous la mettiez sur le même plan d'égalité que Nicolas SORET, là je ne sui pas d'accord avec vous !!!!Et toute cette nouvelle équipe qui bosse, avec des résultats, avec des actions, des pistes de réflexion, le contact avec la population c'est tout de même quelque chose. Vraiment, je ne comprends vraiment pas vos propos...  

Martin Gale 24/07/2009 12:31



Chère Cécile,
Je complète ici ma réponse. Quand je dis qu'ils sont à égalité de tribune, pour reprendre vos propos, cela doit s'entendre au niveau du nombre de tribune, et non pas à égalité de contenu.
Vous avez raison quand vous dites qu'il y a deux niveaux distincts. Par contre, je ne pense pas que cela vienne de Science Po. Ce n'est pas le diplôme qui fait la valeur des gens. Je préfère 100
fois un autodidacte ouvert, sans préjugé, ne pensant pas détenir LA vérité, aux gens bardés de diplômes, comme d'autres collectionnent les médailles militaires, et qui sont à côté de la plaque.
Même sans avoir fait Science Po, je pense sincérement que Nicolas Soret serait le même qu'aujourd'hui, ouvert et travailleur.
Pour finir, et je m'arrête là, je préfère, au quotidien, les gens discrets aux grandes gueules, les gens qui n'osent pas à ceux qui mettent sans cesse leur égo en avant, et je prends bien garde à
distinguer culture et intélligence: ce sont deux choses qui n'ont rien à voir.
Cdt