Le problème de Joigny ? La politisation

Publié le par Martin Gale




Joigny est une ville qui, disons le d'emblée, a une sensibilité historique de droite. Philippe Auberger, dernier maire UMP, en est le parfait exemple : il a dirigé la ville pendant plus de 30   années. Lors des dernières élections municipales, les listes Auberger et Ortega totalisaient à elles deux 62% des voix. Et pourtant, c'est la gauche qui a remporté la mise.

En restant au pouvoir tant d'années, on pourrait légitimement penser que la droite a réalisé une politique exemplaire, tant sur le plan de l'expansion économique, que sur le plan culturel, écologique (si si, c'est la grande mode), ou bien encore social. La réalité est malheureusement toute autre.


Ah, l'expansion économique, en voilà un fort joli thème pour décrire purement et simplement ce qui est la colonne vertébrale d'une ville. L'installation d'entreprises solides et en forte croissance, voilà l'oxygène qui permet à une cité de respirer financièrement. Il faut savoir regarder la vérité dans les yeux : l'argent, c'est le nerf de la guerre. « Gouverner, c'est prévoir » disait l'autre. A Joigny, la droite a gouverné, mais n'a rien prévu... Les entreprises les plus prometteuses ont quitté la ville : Berner pour Saint-Julien du Sault, Tubauto pour Paron. Mais qu'à cela ne tienne, la droite pouvait compter sur.... (suspens)... les usines relais ! Sauf qu'une usine relais n'est pas un groupe international, que la taxe professionnelle n'est pas vraiment la même, et que l'on a pas le même nombre de créations de postes. Elles ont poussé comme des champignons, et dans cette zone « industrielle » est venue s'échouer un centre commercial. Mélange des genres, mais était-on à une contradiction près sous le règne du roi Philippe ?


Sur le plan culturel, une grande réussite a vu le jour à Joigny : les Nuits Maillotines. Un superbe spectacle qui permet aux Joviniens, mais aussi aux touristes, de découvrir, année après  année, l'histoire de notre ville, elle que l'on croit connaître et que, pourtant, nous découvrons à chaque spectacle. Pour le reste, le bilan n'est guère brillant : pas de cinéma (je vous vois déjà venir, mais non, la salle Claude Debussy n'est pas un cinéma. Qualifier de cinéma cette salle, c'est faire honte à celui d'Auxerre !), aucune salle de théâtre, une musique élitiste, bref en un mot, on est loin de l'UCP (Union pour une Culture Populaire).


Enfin l'écologie. Oui, ce terme est à la mode et on le sert à toutes les sauces. N'empêche, à Joigny, on vit encore à l'âge de pierre. Le tri sélectif au porte à porte n'existe pas, dans une ville d'Art et d'Histoire, on trouve encore des sacs poubelles à même le sol, partout, y compris dans le quartier hystérique, euh historique, de la ville.


Tout ceci pour dire qu'un seul parti à la tête d'une ville peut la couler en quelques mandats. Que la gauche se rassure, des villes gérées par ce seul parti ont connu le même destin. Voilà pourquoi c'est la politisation qui tue de petites villes comme les nôtres. Nous n'avons que faire de savoir si un tel est de gauche ou de droite. Une idée, un projet ne sont ni de gauche ni de droite, ils sont bons ou ne le sont pas. Joigny a suffisamment souffert des ravages de la politisation. Alors Mesdames et Messieurs les élus, rangez vos cartes aux vestiaires, retroussez vos manches et ensemble, faites rayonner la Ville et remettez la sur les rails du succès et de la croissance. Quant à vous, chers lecteurs, ne croyez pas ces élus qui sont persuadés d'avoir raison sur tout et qui se plaisent à faire la morale aux autres : ce sont de piètres « politiciens » qui mèneront la ville encore un peu plus dans le mur. En politique, comme ailleurs, la sagesse et l'intelligence sont dans la mesure.


                                                     Martin Gale

Publié dans Joigny et sa politique

Commenter cet article

Cécile T. 14/08/2009 14:29

La sagesse, l'intelligence, le bon sens, la réflexion, vaste programme ! Oui, c'est ce qu'il conviendra de faire à Joigny. Mais nous sommes en bonne voie ...Je remarque ce jour dans la Tribune Politique quatre élus UMP qui intitulent leur réflexions "Union, renouvellement et rajeunissement ". Oui, je crois que c'est le titre le meilleur de "l'écrit".Parce que pour le reste, il est un peu tiède le soutien de l'UMP de l'Yonne à l'encontre des prétendants de Droite à Joigny.Un manque d'enthousiasme, on dirait, ou un manque de conviction ?   

Cécile T. 28/07/2009 06:36

Je suis complètement en accord avec les propos précédents. Au regard de ce qui se vit en ce moment à Joigny, je ne comprends pas que l'ensemble des élus antérieurs n'est tout simplement honte :Mais non, on les retrouve en photo, on les voit pédaler tranquillement dans les rues (sereinement, enfin en apparence), ne pas comprendre ce que les joviniens attendent des gestionnaires d'une commune.C'est bien le signe que la Baronnie existe encore dans les têtes à Joigny, et qu'ils n'ont pas encore envie de descendre de leur cheval, et que Philippe AUBERGER doit bien rigoler de sa farce de trente ans .....Au fait, je cherche à savoir où sont passés les comptes de l'ADEVY, pas le Coq de Saint-André ? En clair, je souhaiterais savoir quels sont les travaux réalisés grâce à l'argent prélevé dans les communes environnantes, sous l'ère des Vicomtes ?  

0832 08/07/2009 11:26

Ne conviendrait-il pas plutôt de dire pour plagier une de vos phrases :" Joviniennes et joviniens de droite, du centre, de gauche ou d'ailleurs, encartés ou pas encartés, regardez de PRES ce qui s'est fait ces 16 derniers mois, comparez avec ce  qui ne s'est pas fait ces trente dernières années et ne vous trompez pas en septembre"