La leçon du remaniement ministériel

Publié le par Martin Gale



Il l'avait dit, il l'a fait. Le Président Nicolas Sarkozy a procédé au remaniement qu'il avait promis. Certes, celui-ci arrive un peu plus tôt que prévu, suite à l'excès d'enthousiasme dont a fait preuve Frédéric Mitterrand en vendant la mêche sur sa nomination au ministère de la Culture.

 "Sur proposition du premier ministre", comme le dit la formule, mais personne n'est dûpe... Tout le monde sait que c'est Sarkozy qui, en coulisses, tire les ficelles et place ou déplace ses pièces sur l'échiquier politique. Certains ministres partent, comme Karouchi ou Boutin, d'autres arrivent tel Michel Mercier, et d'autres encore jouent aux chaises musicales.

C'est cette dernière chose qui semble extraordinaire, voir incompréhensible pour le citoyen lambda: soit le ministre est bon et il ne faut pas lui donner un autre portefeuille ministériel, ou il n'a pas réussi dans ses fonctions et dans ce cas là, il faut purement et simplement le mettre sur la touche. Là, c'est à n'y rien comprendre. Mais cela n'est pas l'apanage de l'UMP. Quand le PS était aux affaires, il y a fort longtemps, il agissait de la même manière.

Logique et politique ne font pas bon ménage. 


                                                                       Sophie Nancier

Publié dans La politique en France

Commenter cet article

0832 29/06/2009 13:33

Superbe photo!!!Mais, c'est quoi? des Playmobil, non...?Nous aimons rire, continuez comme cela...!!!